Helsinki
Paris
Lisbonne
Actualités et archives de Jacques Delors
Actualités et archives de
Jacques Delors
Accéder
S'inscrire à la newsletter
S'inscrire à la newsletter
Consulter les newsletters
Communiqués de presse
Le Prix de l’Initiative européenne 2014 décerné à Y.Bertoncini & T.Chopin
27/06/2014 par lmarnas
L'Union européenne, ses normes et ses pouvoirs
16/05/2014 par lmarnas
Des visages sur des clivages : les élections européennes de mai 2014
25/04/2014 par lmarnas
Jacques Delors Institut – Berlin : un nouveau think tank sur l'UE en Allemagne
16/01/2014 par sbaz
Pascal Lamy préside un Groupe européen de haut niveau sur l'utilisation future du spectre UHF
13/01/2014 par sbaz
Revues de presse
Yves Bertoncini dans les médias en 2013
26/03/2014 par sbaz
Jacques Delors dans les médias en 2013
26/03/2014 par lmarnas
Notre Europe - Institut Jacques Delors dans les médias en 2013
5/03/2014 par sbaz
Revue de presse : Jacques Delors, grand témoin du Forum des progressistes européens
17/06/2013 par sbaz
Yves Bertoncini dans les médias en 2012
30/01/2013 par sbaz
Auteur
António Vitorino

António Vitorino

António Vitorino, né en 1957 à Lisbonne, est détenteur d’une licence de droit ...
AGENDA
Chercher
Thèmes :
Choisir...
Choisir un thème
Types :
Choisir...
Choisir un type
Dates :
Choisir...
Valider
Médias

Zone euro et Conseil européen: Entretien avec António Vitorino

le 16 Décembre 2011 à 16:12
Entretien par António Vitorino

Dans un entretien accordé au journal portugais « Publico », António Vitorino analyse la situation de la zone euro et de l’UE en évaluant les résultats du récent Conseil européen. Notre Europe propose une version française de cet entretien, paru sous le titre : « Le problème de l’Allemagne n’est pas d’avoir raison mais de devoir apprendre comment avoir raison ».


Extraits


Il n’y a probablement personne qui, mieux qu’António Vitorino, peut nous conduire dans les méandres des décisions prises au dernier Conseil européen, considérées comme essentielles pour freiner la crise de l’euro. En réagissant encore à chaud, l’ancien commissaire et aujourd’hui président de Notre Europe attire l’attention sur les risques d’une réforme des traités hors du cadre de l’Union européenne ainsi que sur la nécessité de légitimation démocratique des décisions tout en recommandant plus de tolérance vis-à-vis de l’Allemagne.


La première question est, probablement, la plus difficile. Les résultats de ce sommet ont-ils été suffisamment convaincants pour ouvrir la voie à la résolution de cette crise et donner des garanties aux marchés ?


Nous aurons la réponse à cette question au cours des semaines qui viennent. Cependant, en tant qu’observateur attentif, j’avoue que ça me paraît insuffisant. Une réponse a été apportée à une partie importante du problème, qui concerne le « pacte budgétaire » : les indications pour le moyen terme concernant l’assainissement budgétaire et la construction d’une union économique sont là, dans leurs principaux éléments. Nous avons cependant réalisé moins que ce qui était attendu et, surtout, moins que ce qui était nécessaire en ce qui concerne les garanties de liquidité de court terme. Et sur ce dernier point, la balle est maintenant dans le camp de la BCE.


La BCE a alimenté avant le sommet certaines attentes d’une intervention plus forte, dans le cas où il y aurait ce « pacte », mais elle les a rejetées par la suite. Et aucun signe en ce sens n’a découlé du sommet, bien au contraire.


La BCE est déjà sur le terrain dans la facilitation de l’accès du système bancaire à la liquidité. Et ceci révèle une intervention plus active : des prêts avec des maturités élargies à trois ans, l’élargissement des collatéraux admis pour le refinancement du système bancaire. Il s’agit là de savoir si elle va être plus active dans son intervention sur les marchés de la dette souveraine. Et sur ce point, nous devons attendre pour voir. Les indications du président de la BCE ont d’une certaine manière été contradictoires. Mais il manque toujours un lien : la possibilité d’une intervention directe de la BCE dans le renforcement financier du FESF. Ceci ne s’est pas vérifié et à la place, les Etats ont engagé une voie parallèle à travers le renforcement du FMI, avec des dotations bilatérales des Etats membres d’un montant de 200 milliards d’euros, qui n’aura un effet de levier que si les autres partenaires mondiaux, notamment les Etats-Unis et la Chine, soutiennent ce renforcement…

Pour lire l'intégralité de l'article, télécharger la pièce jointe.

Contact - Plan du site - Mentions légales - Jobs
Notre Europe - Institut Jacques Delors 19, rue de Milan - 75009 Paris - France - Tel. +33 1 44 58 97 97 - Email : info@notre-europe.eu
Jacques Delors Institut – Berlin Pariser Platz 6, Berlin
Powered by Walabiz